Surfer à Bondi

La cinquième étape de mon road-trip peut se définir en un mot: spontanéité. Lors de mon arrivée sur Sydney et en provenance de Melbourne, il faisait nuit, il était tard. je me suis donc mis en tête d’aller voir le fameux Opéra. Problème: arrivé là bas, aucun droit de se garer sans le « parking permit » pour le CBD de Sydney. Etant familier avec les amendes excessives australiennes, je laisse tomber l’idée pour le moment en me disant que cela peut attendre. Une fois le deuil de la visite nocturne digéré, je continue à croire en un espace de parking gratuit afin d’y garer ma voiture et dormir. Après avoir fait 3 fois le tour de Sydney, cela ne semble pas exister.

J’abandonne donc l’idée de dormir dans le centre ville et décide de me diriger sur Bondi. Pourquoi Bondi me diras-tu? Ben y’a du surf tout simplement. Alors alors, je prends la route et arrive sur ce parking situé en bord de mer. Le bruit des vagues qui viennent se fracasser contre la plage et les rochers résonne dans la baie. Je reconnais la fameuse piscine sur la droite, je suis bien au bon endroit. Problème: il faut également un permis. Tant pis, je prends le risque de dormir là. Le lendemain, je me réveille sans encombre. Personne n’est venu me dire de déguerpir. Alors, je sors ma board et me dirige vers la plage pour ma session matinale.

Tu connais la suite maintenant, le poème suivant raconte mon expérience surfistique à Bondi 🙂

Surfer à Bondi

Surfer à Bondi

Le poème

L’arrivée est nocturne,

la ville est quasi déserte,

J’ai en tête de visiter l’opéra,

Depuis mon plus jeune âge,

Il symbolise la presque capitale,

De ce pays au climat infernal,

Je tente, je faillis,

Pas de stress,

J’ai toujours un plan de détresse,

J’entame la ronde plein d’espoir,

Les minutes s’écoulent,

Le plan B n’est pas plus fructueux,

Plan C en perspective,

Au défaut de réussir,

Il faut faire preuve d’initiative,

Je débarque sur le parking de Bondi Beach,

Quelques voitures garées,

Un bruit,

Celui des vagues qui fracassent le sable et la roche,

Il résonne dans la baie,

Et deviendra ma berceuse une fois installé,

Je passe à l’arrière,

L’appréhension de se faire réprimander est là,

J’en ai déjà eu l’expérience,

Le porte-monnaie en a souffert,

J’oublie et me laisse emporter,

Le réveil se fait en douceur,

Preuve que je n’ai pas été découvert,

Alors je prends ma planche,

Et accours sur la plage de ce fameux lieu,

Pour glisser et profiter seul,

Avant que la masse me rejoigne,

Et que du bon moment elle m’éloigne.

_______________

Pour voir les autres articles à propos de mes aventures en Australie clique ici.

Reste connecté le prochain article arrive bientôt!

_______________

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.